Penser la photographie

Penser la photographie Les livres de photographie
« Autant d’univers poétiques… que de perceptions visuelles… que de questionnements du monde…» Colette Gourvitch

Penser la photographie, c’est un cours et une approche de la photographie.
Penser la photographie, c’est penser votre propre rapport à la photographie.
Penser la photographie, c’est argentique ou numérique, le respect des images.


Faire de la photographie…

En 1888, Georges Eastman, commercialise le premier appareil portatif sous le nom de Kodak,  il est chargé avec un film en rouleau de 100 vues. Le slogan qui accompagne sa mise sur le marché est célèbre : « You press the button, we do the rest. » « Vous appuyez sur le bouton, nous faisons le reste.» Et c’était vrai, ce que Eastman proposait, via le Kodak, et contrairement aux usages de la photographie d’avant cette petite révolution, où les photographes devaient tout faire eux mêmes, était de développer le film des vues prises, d’en faire des tirages, de recharger l’appareil avec un nouveau rouleau, pour ensuite renvoyer le tout à l’utilisateur, qui restait maître du déclencheur…


L’industrie fabrique des appareils photo de plus en plus sophistiqués, mécaniques, puis  électroniques, des émulsions argentiques et des supports numériques. Mais  ce qui est absolument formidable, c’est qu’aucun appareil n’appuiera jamais tout seul sur le bouton ! Et il y aura toujours une différence entre « faire des photos » et  « faire de la photographie ».


Penser la photographie : un cours et une création

Mener un cours de photographie, de façon parallèle à ma propre création,
c’est faire circuler ma passion pour la photographie, des connaissances, des interrogations, dans le plus grand respect des images. Et pour respecter les images, nous devons apprendre à les faire tout autant qu’à les regarder.
Le cours vous permet d’ouvrir de nouvelles pistes de travail …
Le cours est votre espace d’élaboration, de discussion et de recherche.


Il y a une tradition du cours de photographie.
Dès 1840, les premiers calotypistes échangent en milieu fermé leurs recettes de fabrication et leurs tirages, c’est la garantie de l’amélioration du procédé.
Et en 1849, Gustave Le Gray ouvre à Paris, un Atelier, continue ses recherches sur la photographie sur papier et reçoit ses premiers élèves. Maxime Du Camp en fera partie. A Lille, Blanquart-Evrard enseigne son procédé à un petit groupe d’Amateurs. A cette époque, l’ Amateur est un privilégié qui a du goût pour ce qu’il entreprend, il s’y consacre, il s’y développe, il est un esthète.
Aujourd’hui, il y a ceux qui pensent que l’on n’apprend ni à photographier, ni à regarder et ceux qui pensent que devant la masse monumentale d’images qui circulent, une éducation du regard est indispensable .


Penser la photographie dans le respect des images.

Le mieux, sans doute est de lire les écrits des photographes, chacun raconte de façon singulière, le travail à mener pour devenir photographe, ses doutes et ses certitudes, son rapport au monde et à la photographie, les difficultés et les tentatives d’apporter une manière inattendue de considérer des sujets et d’ apprendre à mieux regarder la lumière. La pratique est toujours associée à la pensée qui vient articuler et soutenir le désir d’être photographe.


 Penser la photographie :  « devenir photographe »

Lire page suivante : A comme Atelier



Ce que vous pouvez attendre du cours de photographie :
faire un état des lieux et aborder toutes vos questions.
  • Revenir sur les fondamentaux  et comprendre la technique.
  • Travailler sur vos photographies, analyser leurs contenus, vos critères de sélection, et approfondir votre rapport aux sujets.
  • Penser à matérialiser vos images par des tirages.
  • S’initier au labo argentique. Apprendre le  développement des films, à lire ses négatifs, à choisir les papiers barytés, à s’exercer à l’Art du tirage.
  • Traverser son histoire,  son invention, les premiers portraitistes, les différents procédés, les courants artistiques du 19 ème siècle, et ceux du 20 ème siècle, aborder les  mouvements contemporains.
  • Parler des métiers de la photographie : de la presse, de l’illustration, des notions d’auteur et d’artiste, de l’industriel, du scientifique, des métiers autour de la photographie, tireur, éditeur, restaurateur…
  • Réviser les Droits et Devoirs du photographe, droits d’auteur, statut social, fiscal et juridique, autorisations d’images.
  • Aborder le marché de l’art, expositions, collections et côtes des artistes,  différentes institutions publiques, fonctionnement des galeries privées, marché du livre, et ventes aux enchères.
  • Se préparer pour une exposition, la concevoir, en réaliser une maquette, faire ou faire faire ses tirages et encadrements, organiser son annonce et son ouverture.

Pratique photographique – Conditions d’inscription

♦ Un entretien est nécessaire avant l’inscription.
♦ Cet entretien permet d’établir la prise de contact réelle  après la prise de contact par téléphone ou par mail.
♦ Le tarif est donné lors de l’entretien.

Les séances de travail sont individuelles.

♦ Suite à l’entretien, l’inscription est engagée par semestre ou de façon annuelle.
♦ Votre place est réservée
à la signature de votre inscription et dépôt de votre règlement. Sur demande, le règlement peut être mensualisé.


  Et aussi : ( Spécial Stages courts : Faire le point sur sa pratique – Initiation Laboratoire NB – autre demande.)


Les inscriptions sont prises tout au long de l’année, au fur et à mesure des demandes, et selon les places disponibles.

Prendre rendez vous pour un entretien
Penser la photographie vue d'ensemble de l'Atelier
L’Atelier pH neutre est situé dans le 20 ème arrondissement de Paris

L’atelier pH neutre a été créé en 1989. N° siret : 38805942000025 /non assujetti à la TVA.

Mots-clés : , , , , , ,